Martineau: le démagogique colérique

Aller en bas

Martineau: le démagogique colérique

Message  Papineau le Dim 25 Mar - 17:16

Québécor: le Martineau qui tue

Est-ce que Richard Martineau est payé parce qu’il est con, ou est-il payé pour être con ? La question mérite qu’on s’y attarde, après la parution ce matin de sa dernière missive destinée aux étudiants “grévistes”, comme ils les appellent de façon à peine condescendante. Une chose est sûre, quelqu’un quelque part a décidé que Quebecor pouvait s’associer à des propos aussi débiles (Martineau traite les étudiants, vraisemblablement une sous-race, de cons et d’analphabètes). Un véritable freakshow indigne de l’entreprise médiatique la plus puissante du Québec.

Voyez-vous, Richard Martineau ne comprend pas que les étudiants puissent s’acharner sur lui (au même titre que tout le monde qui souligne son profond manque d’intelligence à la puissance mille). Sa justification est simple, une fois, le 10 mars dernier, il a écrit dans une de ses chroniques que les étudiants attendent impatiemment de lire à chaque matin, que ce n’est pas juste eux qui devaient arrêter de boire de la sangria, mais les autres pauvres aussi. Hey, hein.

Comment on n’a pas pu se rappeler de ça (en supposant que ça ne fait pas 10 ans qu’on a compris que ce gars-là était une pauvre cloche et qu’on ne nous joue pas en boucle sur le web, tes interventions plus débiles et désagréables les unes que les autres à ton émission de télé) ?

Richard Martineau personnalise le débat depuis le début de cette grève en utilisant les techniques démagogiques les plus évidentes de l’arsenal des faibles d’esprit, et il s’insurge parce que les étudiants ripostent.

C’est nous qui devrions arrêter de s’insurger après lui. Cet homme ne mérite pas l’attention qu’on lui porte. Ce dont il faut commencer à s’inquiéter, c’est des pratiques journalistiques de son employeur qui multiplient les attaques envers l’intelligence collective.

Au début, si t’es intelligent, tu trouves juste ça foncièrement débile. À cette époque-là (le début), tu ne comprends pas trop les sujets abordés, mais tu sais qu’ils sont traités de façon louche, par du monde louche. Ça, c’est rassurant. Ce qui l’est moins, c’est qu’à chaque jour de lutte inévitable que les libertaires et les intellectuels mènent contre les médias de masse, on rencontre des gens brillants qui comprennent très bien l’absurdité du contenant, mais pas très bien celle du contenu.

Pour toute cette nouvelle génération de militants, formée un peu maladroitement par la ministre Beauchamp, je crois qu’il est important de rappeler les véritables intérêts des grandes entreprises médiatiques, et surtout de la plus insidieuse du lot, la plus néfaste pour les droits et libertés de l’écrasante majorité québécoise : Quebecor.

Le cheval de bataille

L’assainissement des finances publiques est sans contredit le thème de prédilection et le combat principal de Quebecor. Il ne se passe pas une journée sans que le sujet de la dette du Québec ne soit abordé, nous martelant au passage l’urgence de se débarrasser de ce que les plus louches de leurs “journalistes” appellent les mamelles du gouvernemaman.

L’intention peut, au départ, sembler noble. Après tout, qui veut être endetté, s’il faut rembourser ? Malheureusement, lorsqu’on analyse de plus près les propositions émises par Quebecor pour remédier au problème, on se rend rapidement compte que celles-ci profiteraient uniquement aux grandes entreprises, et très peu aux travailleurs. Pire, Quebecor (et la totalité des GRANDES entreprises médiatiques) oublie consciemment de nous rappeler que l’endettement est un problème mondial qui n’entre évidemment pas en corrélation directe avec le taux de syndicalisation, les frais de scolarité ou les programmes sociaux.

Pourtant, il apparaît évident aux yeux de la majorité informée que lorsqu’on manque d’argent, il faut regarder où il est. Selon Quebecor, il est dans les poches des dangereux syndicats assoiffés de Stalinisme, dans celles des assistés-sociaux et dans les bucks de bière des étudiants. Selon la majorité informée et les mathématiques, il est dans les poches d’un groupe TRÈS sélect d’individus (dont PKP fait partie), le 1%, si l’on se fie au mouvement de contestation mondial Occupy Wall Street, que Quebecor a traité de la même façon qu’elle traite présentement le mouvement étudiant : en le marginalisant au maximum, en le tournant à la dérision et en traitant ses participants comme des citoyens de deuxième ordre.

La moindre des choses, pour une entreprise médiatique qui tient à votre bien, serait d’accorder AU MOINS un peu d’importance à la conjoncture mondiale en ce qui a trait à l’endettement. Les plus observateurs auront aussi remarqué que Quebecor parle bien peu de banques. Pourtant, quand on parle de dette, on parle de banques, non ? C’est l’autre côté de la médaille, 50% de l’essentiel lorsqu’on parle d’intégrité journalistique, le truc que Pierre-Karl Péladeau nous avait promis quand on lui a fait confiance.

Bien sûr, les banques ne sont qu’une (très bonne) partie du problème mondial en lien avec les pratiques capitalistes et néo-libérales sauvages auxquelles s’adonnent l’élite financière. Vous aurez remarqué aussi que pour des gens qui prétendent vouloir nous informer, les “journalistes” ne nous rappellent pas souvent le problème de légitimité majeur associé à la vente à rabais de nos ressources naturelles à des entreprises étrangères. Pour des gens qui ont à coeur le remboursement d’une dette (que je n’ai pas de problème à qualifier d’illégitime), ils évitent souvent de nous rappeler que nous sommes non seulement en train de se priver de milliards en profit, mais qu’en plus, nous assumons les risques financiers énormes de ce pillage en bonne et due forme. Ajoutez à cela qu’on leur déroule le tapis rouge, et il devient évident qu’avant de demander aux travailleurs de céder leurs acquis, il y a tout un système de privatisation des profits illégitime à revoir.

Dans le cas de la couverture médiatique de la grève étudiante, on atteint de nouveaux sommets de médiocrité intellectuelle chaque jour de la part de Quebecor et de ses “journalistes”. Bien que la stupidité totale de leurs éditoriaux sur le sujet ait été maintes fois décriée, les Richard Martineau de ce monde persistent à essayer de nous convaincre qu’il nous faut remettre les miettes d’acquis sociaux qui nous restent, le restant d’espoir d’égalité que ceux qui ont compris le problème avant nous nous ont légué.

Ne nous mettons pas la tête dans le sable, cette hausse qui frappera BRUTALEMENT le portefeuille des étudiants et de la classe moyenne en général, ne profite qu’au patronat, qu’aux entreprises. Sinon comment expliquer que les minimes revenus supplémentaires que généreront cette augmentation des droits de scolarité pour le gouvernemaman deviennent une obsession pour les troupes de Pierre-Karl Péladeau, qui pourraient s’assurer d’un minimum de sympathie en traitant le sujet objectivement ?

La réponse est aussi choquante qu’évidente. Un peuple peu éduqué profite aux patrons, au privé, aux entreprises. Encore plus à Québecor, qui a le quasi-monopole de l’ignorance au Québec. Les grandes entreprises ne dominent pas à leur guise ici et ils nous le laissent très bien comprendre.

Ce que les bonzes de l’économie de ce monde désirent, c’est de la main-d’oeuvre docile, peu éduquée, endettée, et une élite éduquée de provenance bourgeoise. La lutte des classes, mes amis. Plusieurs d’entre vous, nouveaux militants, ne l’avez pas encore réalisé, mais vous avez le nez en plein dedans. Ça fait peur, hein ? Moi non plus je n’aimais pas ce terme-là, il y a quelques années. Les rouges, les verts, et dans ces verts, des larbins. De façon aussi crasse qu’insidieuse*, Quebecor et ses “journalistes” profitent de l’ignorance de plusieurs Québécois pour les convaincre du bien-fondé de pratiques économiques qui sont en train de tous nous priver de nos droits à l’égalité et de nous endoctriner à petit feu (certains plus rapidement que d’autres). Que celui qui en doute se lève. Après tout, ces politiciens corrompus le sont par des grandes entreprises qui en mènent très large. Quotidiennement, les médias de masse bafouent l’entente tacite entre les travailleurs et les patrons qui nous garantissent un mince filet social en échange de leur droit “légitime” de profiter.

Le jour où Quebecor, sur le même tableau que le compteur de notre dette, mettra celui de ses profits, ainsi que celui des banques et des oligarques que les Québécois financent, peut-être mériteront-ils de retrouver un peu de notre respect.

Mais d’ici là, nous devons considérer l’entreprise médiatique pour ce qu’elle est : l’ennemi insidieux de l’écrasante majorité et un gardien de l’ignorance crasse, au même titre que le gouvernement en place. Nous devons, par TOUS LES MOYENS, ralentir cette entreprise. Le peuple qui se réveille s’adresse aussi aux employés de la division média de l’entreprise à qui il reste une once de principes et de bonne foi, DÉNONCEZ les agissements de VOS PATRONS. Lors de vos études en journalisme (je ne m’adresse donc probablement pas à l’agence QMI), certains principes éthiques de base vous ont été inculqués, respectez-les.

Et PowerCorp, là-dedans ?

J’aurais pu parler d’autres grandes entreprises médiatiques comme Powercorp. Je ne l’ai pas fait car j’ai l’impression que depuis le début de la grève étudiante, La Presse respecte beaucoup plus l’intelligence du citoyen que le JDM, qui a perdu sa petite gêne plus que jamais et n’hésite pas à mitrailler la plèbe de front pages plus démagogiques les uns que les autres. Le mépris total de notre esprit critique auquel se livrent M. Péladeau et ses marionnettes depuis quelques temps est digne des Fox News de ce monde, ce qui, objectivement, n’est pas le cas de La Presse.

Bien sûr, il ne faut pas oublier qu’à chaque Richard Martineau, son André Pratte. Powercorp reste une entreprise dont les pratiques journalistiques, mais surtout économiques, sont à dénoncer. Et c’est sans compter les autres Stephane Gendron, Caroline Proulx, Benoit Dutrizac ou animateurs de Radio X qui, quotidiennement, nous rappellent que cette opinion publique incohérente contre laquelle nous nous battons, provient à la base de petits esprits incapables d’argumentaires respectueux de l’intelligence collective à qui on a donné des postes dans les médias pour consciemment ou non, défendre les intérêts de la dominante minorité. Nous avons tous vus ces gens en action, ne souffrez d’aucun complexe devant ces tarés à plumes et à micros. Ne laissez pas ces petits hommes faire capituler, tuer votre intelligence.

Nous sommes en guerre contre l’argent et l’idiotie. Systématiquement, les médias de masse tentent de nous convaincre que l’avenir passe par les droits des entreprises, le contraire serait illogique. Ce qui le serait encore plus, ce serait de les laisser faire.

C’est le printemps, indignons-nous.

http://laxedumad.com/2012/03/25/quebecor-le-martineau-qui-tue/

_________________
Papineau
Un pueblo unido nunca sera vincido
avatar
Papineau
Carpe Diem
Carpe Diem

Messages : 69
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

je m'indigne!!

Message  Dandy le Lun 26 Mar - 1:33

je veux tes textes tabarnak

_________________
La Propagande s'acclament! Les Enjeux se débattent....
avatar
Dandy
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 25
Localisation : Partout

Voir le profil de l'utilisateur http://saperelux.forosactivos.net

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum