La démocratie a mal

Aller en bas

La démocratie a mal

Message  Papineau le Ven 2 Mar - 15:28

Notre démocratie est en danger

Une bonne partie de la planète est entre les mains de «fous du pouvoir» alors que nous venons à peine d'entamer un nouveau siècle. II semble bien d'ailleurs que ce nouveau siècle ne sera pas tellement différent du précédent quant à la capacité des peuples de la Terre de vivre en démocratie. Le Canada se retrouve devant un drôle de dilemme: les élections de mai dernier ont-elles été volées par les conservateurs? La question se pose depuis quelques jours et trouver la vérité pour répondre à cette question ne sera pas facile. La vérité est toujours la première assassinée quand la démocratie a été violée.

L'ambition des tyrans est la même partout: il s'agit toujours d'imposer ses vues, ses croyances et ses volontés au peuple qu'on s'applique à réduire au silence. L'objectif est de régner comme on l'entend sans soulèvement et sans protestation de la part de ces gens qui se prennent pour des citoyens alors qu'ils ne sont que des soumis.

Il suffit de voir des images de ce qui se passe en ce moment en Syrie pour comprendre de quoi je parle. Quand le peuple proteste, on lui tire dessus. On le martyrise afin d'assurer l'autorité de celui qui tient le sort de la majorité entre ses mains. La libération, si jamais elle arrive, aura été payée du sang de ceux et de celles qui refusent de se mettre à genoux. On l'a fait ailleurs, sans état d'âme, quand des indignés ont pris possession des espaces leur permettant de se regrouper pour crier au monde entier qu'ils voulaient que leurs gouvernements fassent des changements. Des dictateurs sont tombés. D'autres ont fui. Des collaborateurs de ces dictateurs ont même échoué chez nous, paraît-il, accueillis par le gouvernement d'Ottawa sans trop de réticences.

La démocratie, comme la liberté, est un rêve que les humains entretiennent depuis longtemps. On a parfois l'impression de s'en approcher, mais il suffit d'un seul événement pour qu'on réalise que les acquis sont bien fragiles et que la folie du pouvoir, quand elle a pris racine chez quelqu'un, continue à grandir et à produire des abus qu'on ne pouvait même pas imaginer.

Le gouvernement conservateur du Canada a-t-il, oui ou non, volé son élection? Simplement poser cette question montre bien qu'il y a quelque chose de pourri dans le beau royaume canadien. Se peut-il que des politiciens, professant leur credo de sauvegarde de la loi et l'ordre, soient allés aussi loin que de tromper les citoyens, appelés à choisir librement leurs représentants? Qui est «Pierre Poutine» sinon un personnage machiavélique et méprisant inventé pour mener à bien les basses oeuvres d'ambitieux conservateurs qui se sont donné comme mission de mettre le Canada au pas? Ce n'est pas sans arrière-pensée qu'on l'a fait habiter rue Séparatiste à Joliette...

Le scénario est connu. On l'a vu se réaliser ailleurs. Le politicien commence par s'installer au pouvoir par n'importe quel moyen et il prend racine. Rapidement, il s'improvise maître après Dieu et il devient impossible de le déloger, car l'homme tout puissant mène le pays comme une entreprise personnelle, ce qui tendrait à l'enrichir lui et sa famille et à installer la corruption de tout son entourage afin de garantir sa propre sécurité.

Ç'a été vrai en Afrique, au Moyen-Orient, en Amérique du Sud et en Asie depuis longtemps. Le Canada n'a pas semblé répugner à traiter d'égal à égal avec ces dictateurs identifiés comme tels. Pour un politicien, il est toujours tentant de penser qu'il peut faire ce qu'il veut, tout le temps, sans avoir à demander la permission à qui que ce soit. C'est ça, le vrai pouvoir. Les regards tournés vers la Russie en ce moment permettent de comprendre comment on y arrive.

Le Canada en est-il arrivé là? Le scandale des commandites nous a permis de prendre la mesure de là où le Parti libéral était prêt à se rendre pour rester au pouvoir et pour tenir sa promesse de maintenir l'unité du pays à n'importe quel prix. La démocratie qui aurait dû entourer le référendum québécois sur sa propre souveraineté a été largement bafouée. La commission Gomery nous a permis de réaliser jusqu'à quel point. Les libéraux ont-ils volé le référendum?

S'il devait être prouvé que les conservateurs ont volé l'élection du mois de mai dernier, comment pourrions-nous accepter qu'ils restent au pouvoir? Faudrait-il exiger une nouvelle élection? Qu'est-ce que ça changerait? Moi, honnêtement, ça me fait peur.

Lise payette

http://www.ledevoir.com/politique/canada/344062/notre-democratie-est-en-danger
avatar
Papineau
Carpe Diem
Carpe Diem

Messages : 69
Date d'inscription : 04/12/2011
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum